La rénovation énergétique consiste à mettre en place divers travaux afin de rendre un logement moins énergivore. Cela passe notamment par une optimisation de l’isolation, une diminution du coût des factures, ou encore l’installation d’un chauffage à énergie renouvelable. Cependant, cela représente généralement un investissement très onéreux. Face à cela, il vous sera possible de recourir à l’utilisation d’aides pour la rénovation énergétique, qui financent une partie, ou la totalité de ces travaux. Cet article vous présente les différentes aides disponibles.

L’aide MaPrimeRenov’ pour la rénovation énergétique

Depuis 2012, les propriétaires ainsi que les locataires peuvent avoir accès à l’aide MaPrimeRenov’. Elle a été mise en place pour remplacer l’aide Habiter mieux agilité de l ‘Anah, ainsi que le crédit d’impôt transition énergétique.

Malgré un assouplissement de ses conditions d’éligibilité, le montant de la prime reste, quant à lui, toujours fixé suivant les revenus du foyer, ainsi que du gain écologique réalisé grâce aux travaux de rénovation énergétique. Il faut ajouter à cela que seules les résidences principales peuvent l’obtenir. En plus des espaces communs mis en place au niveau des copropriétés.

Parmi les travaux pris en charge, on retrouve :

  • Les travaux d’isolation
  • L’installation de pompe à chaleur
  • La mise en place de ventilation
  • L’installation du chauffage

Réaliser une rénovation énergétique grâce à l’aide “Habiter mieux sérénité”

Établi par l’Anah, l’aide Habiter mieux sérénité est destiné uniquement aux ménages dont les revenus financiers sont très modestes à modestes. Afin de l’obtenir, plusieurs conditions doivent être remplies. En effet, le logement doit non seulement être la résidence principale du demandeur. Mais en plus de cela, sa construction doit avoir eu lieu depuis 15 ans ou plus. De plus, elle doit être occupée de manière individuelle et seul le propriétaire peut en faire la demande.

Le montant attribué par cette aide de l’Anah est fixé suivant les revenus du logement et le coût des travaux. Toutefois, il ne peut dépasser les 18 000 euros.

Enfin, il faut savoir que c’est un aide non cumulable avec l’aide MaPrimeRénov’.

Le dispositif d’aide Coup de pouce économie d’énergie

Uniquement accessible pour les foyers, dont la situation est précaire, ce dispositif est mis en place pour les aider dans le paiement des travaux d’installation du système de chauffage.

Il faut savoir qu’il existe une prime Coup de pouce pour le chauffage, et une autre pour l’isolation. Chacune d’elle est octroyée par les artisans faisant partie de la charte coup de pouce. Toutefois, son montant est fixé suivant les ressources de chaque ménage.

Le chèque énergie pour une rénovation énergétique moins couteuse

Généralement comprise entre 48 à 277 euros annuel, cette aide permet de financer une partie des factures d’énergie. Cependant, elle ne peut être obtenue que par les logements modestes. Pour ce faire, il sera nécessaire de communiquer vos revenus fiscaux chaque année.

Grâce au chèque énergie, il sera aussi possible de payer les travaux d’optimisation de la consommation énergétique. 

Les autres aides pour la rénovation énergétique

Outre les aides cité précédemment, il sera aussi possible d’utiliser :

  • Les Certificats d’Economie d’Energie
  • La TVA réduite à 5.5%
  • La réduction d’impôt Denormandie
  • L’exonération de taxe foncière pour certains travaux énergétique
  • Les primes énergie

Pour conclure, il faut savoir que plusieurs de ces aides peuvent être cumulées pour pouvoir réaliser des travaux de rénovation énergétique à moindre coût.

Laissez un commentaire